La Clinique Ambroise Paré est depuis des années un centre reconnu pour la prise en charge des maladies chroniques du foie, des pathologies afférentes et complications des maladies hépatiques.
Le Dr Jean-Marc Combis, gastroentérologue, hépatologue et créateur du Réseau Hépatite C Haute-Garonne et Midi-Pyrénées, ainsi que ses confrères, mettent au service de leurs patients atteints du virus de l’hépatite C (VHC) les nouvelles avancées technologiques et de traitements.
La clinique Ambroise Paré a été un des premiers établissements de la région Occitanie à se doter d’un Fibroscan, un appareil de diagnostic de la brose, qui permet le plus souvent d’éviter la réalisation de biopsies du foie. Il s’agit d’un équipement très peu disponible encore dans la région toulousaine.
Concernant les avancées médicamenteuses, l’apparition sur le marché et l’ouverture à tous les patients des nouveaux antiviraux à action directe, laisse envisager une forte diminution de la prévalence du VHC ces prochaines années. Ce traitement, pris sur une période de deux à trois mois sous forme de comprimés, a peu d’effets secondaires et permet la guérison de l’infection virale dans plus de 90% des cas.
Depuis l’arrivée des antiviraux à action directe, le vécu du patient, Clinique Ambroise Paré, Toulouse
Une approche holistique des patients atteints de VHC est radicalement différent de celui des traitements antérieurs du type Interferon et Ribavirine considérés comme très contraignants. Dès lors, et afin d’éviter l’émergence de résistance, une observance optimale des traitements est essentielle.
Soigner les patients en difficulté
Dans ce cadre, une consultation d’éducation thérapeutique coordonnée par le Dr Jean-Marc Combis, Hélène Mendaille, in rmière référente et le Dr Éric Le Toulec, psychiatre spécialisé en addictologie, a vu le jour à la clinique il y a presque cinq ans. L’objectif est d’appréhender les maladies du foie de manière holistique et d’aider le patient atteint d’une hépatite C, à devenir maître de son futur et de sa guérison. Cette approche globale comprend la surveillance (biologique, effets secondaires, observance des traitements), mais aussi l’écoute active du patient et le soutien psychologique, complétés par un accompagnement social.
Depuis la mise en place de ces consultations, 183 patients, dont 37 en cours de suivi, ont été accompagnés et 847 consultations infirmières réalisées. Au sein de la clinique Ambroise Paré, cette approche globale et pluridisciplinaire du patient atteint de maladies chroniques du foie fait partie intégrante du soin.
Le programme de consultations thérapeutiques s’adapte en n à chaque type de patient. En coopération avec le Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD), des consultations délocalisées ont été mises en place pour les patients toxicomanes en situation de précarité et/ou faisant partie des catégories de patients ayant des comorbidités graves. Il est important de  proposer des traitements dans une sorte de cheminement de soin dit, à bas seuil d’exigence“ adaptés aux usagers de drogues, qui constituent un groupe important de patients infectés par le virus VHC, ceci a n de limiter la propagation du virus. Ainsi, les consultations sont organisées dans des endroits pouvant accueillir les chiens et la distribution des médicaments se fait au jour le jour, en particulier pour les patients qui sont sous méthadone.
Enfin, une consultation d’alcoologie a été mise en place avec un psychiatre alcoologue, une assistante sociale, une infirmière d’éducation thérapeutique, en partenariat avec la Clinique du Château de Seysses, afin de proposer un relais aux patients alcooliques.